Inauguration des Petits Déjeuners – Débat de la Sorbonne 2010 le 28 Avril.

Daniel Leca – Jeremy Robiolle – Julien Carbuccia – Julien Le Gall – Benjamin Pittino.

Invitation Petit Déjeuner Débat

Le blog de l’événement

Le premier des six Petits-Déjeuners Débat de la Sorbonne organisés par la promo 2009-2010 aura lieu le Mercredi 28 Avril. Il aura pour thème la Communication Verte et se tiendra à l’Assemblée Nationale, au salon du Questeur, entre 8h15 et 10h.

Problématique générale : Comment la communication peut-elle contribuer à la sortie de crise? Les enjeux de la communication verte.

La crise économique qui sévit depuis maintenant plus d’un an a été l’occasion d’une prise de conscience dans l‘ensemble des pays développés. Voyant le monde, tel qu’il s’était construit depuis des décennies, s’effondrer littéralement sous son poids, nombreux ont été ceux qui ont commencé à remettre en cause le modèle de société qui s’était imposé dans les pays occidentaux. La consommation à outrance et la recherche effrénée du profit ont été condamnés d’avoir déshumanisé une économie devenue reine.

Tous les sondages le montrent, les Français sont convaincus que le monde qui ressortira de cette crise de civilisation ne sera et ne devra plus être le même. Une volonté forte s’est faite jour : changer de comportement pour que plus jamais la crise ne sévisse. Comme si les hommes avaient pris conscience de la fragilité de leur système économique, ils veulent protéger leur écosystème. L’entreprise a également pris conscience depuis une dizaine d’années de son lien avec son écosystème, aiguillée sur ce chemin par un corpus réglementaire de plus en plus contraignant. La crise a seulement  rappelé « qu’une entreprise, même prospère, vivant dans un environnement fragile se fragilise elle-même »[1], comme l’a remarqué Franck Riboud, PDG de Danone, dans une tribune parue dans le Monde le 3 mars 2009.

Cette rencontre sera alors l’occasion de dresser un bilan d’étape sur cette conscience verte des acteurs public et privé alors que récemment l’action onusienne s’est montrée en panne avec l’échec de Copenhague en décembre 2009, muselant les économistes, pourtant porteurs de ces valeurs, au profit des spécialistes de l’environnement.

Il est d’abord intéressant d’observer comment les entreprises et les gouvernants parviennent à faire face à ces attentes citoyennes par le biais de la « communication verte ». Celle-ci est une réponse à une autre crise, inscrite dans le long terme par opposition à l’actuelle crise financière, brouillant les perceptions et favorisant la gestion de crise à court terme. La communication verte des entreprises remonte à plusieurs années : l’ouvrage éponyme de Thierry Libaert[2], qui a forgé le concept, date en effet des années 90.

Il est enfin pertinent, pour dépasser la couche superficielle du green washing et de la publicité verte, d’évoquer par delà cette communication, l’investissement des acteurs privés dans le modèle économique du développement durable qui réunit environnement, social et économie pour définir une croissance durable. La communication verte est aussi le fruit d’une union, d’apparence contre-nature, entre l’économie et l’écologie : une telle union, au-delà des discours de crise sera-t-elle durable ?

Problématiques dépendantes et fil conducteur de la rencontre :

– Introduction et données statistiques : par un premier invité, spécialiste de ces questions.

– La communication politique sur les enjeux verts : Faire changer les comportements?

Rapide rappel du corpus législatif et de l’attitude des pouvoirs publics sur cette question par un second invité, plus politique, en lien avec cette thématique.

– Réception de ces enjeux dans la pratique communicationnelle des acteurs privés

3 invités, issus du monde de l’entreprise, réagiront sur ces thèmes.

Communication verte et nature de l’entreprise

– Les entreprises peuvent-elles endosser cette communication d’intérêt général, ce rôle sociétal initialement réservé à l’Etat ?

– Cette communication est elle compatible avec la nature de l’entreprise et la recherche de profit ?

– L’Etat peut-il impulser une communication verte responsable chez les entreprises au dépend de la publicité verte et du Green Washing ?

– Entre contrainte normative et démarche spontanée, quelle communication et pour quel type de structure (grande entreprise cotée/PME) ?

Communication verte et projet d’entreprise

– En quoi la communication verte peut-elle servir un projet d’entreprise ? (économie d’énergie, gain de parts de marché par la création de nouveaux besoins)

– La communication verte, quel impact sur l’image de l’entreprise, notamment sous l’angle de la généralisation de la pratique et du marché du reporting ?

– En quoi la communication verte peut-elle aider certaines entreprises à attirer les jeunes talents dans un contexte où certains secteurs peinent à recruter ? (Attente de valeurs dans le monde du travail : employer marketing)


[1] « La crise impose de repenser le rôle de l’entreprise », Tribune parue dans le monde le 3 mars 2009.

[2] Libaert Thierry, la communication verte, éditions OIC, 1992, Paris

Voici la liste des intervenants (à date) qui seront présents pour débattre autour de ce sujet :

Fabienne Simon, directrice de département TNS Sofres

Bernard Emsellem, directeur général délégué à l’écomobilité
Elisabeth Coutureau, vice-présidente TBWA Corporate
Benoît Parayre, directeur de la communication et des relations presse auprès de Jean-Louis Borloo.

Les personnes extérieures au Master souhaitant assister au Petit Déjeuner – Débat peuvent nous laisser un message sur ce site ou sur l’adresse mail : m2compoetsoc@hotmail.fr.

Entrée au 128 rue de l’Université (7e arrondissement de Paris).

Soyez nombreux !

Le deuxième Petit-Déjeuner Débat, sur le thème « les réseaux sociaux et la politique »  aura lieu le 11 mai, et fera l’objet d’une prochaine note d’information sur ce site.

Laisser un commentaire